Créer votre rapport


A propos de nous
Chapitre 1: Anticiper pour mieux protéger
Chapitre 2: Autoriser et contrôler
Chapitre 3: Gérer l’imprévu
Chapitre 4: Se tourner vers l’avenir
Chapitre 5: L’AFCN en interne
Chapitre 6: Comptes annuels 2016
Glossaire
 

MOT DU DIRECTEUR-GÉNÉRAL

JAN BENS
DIRECTEUR GÉNÉRAL

L’année 2016 restera tristement gravée dans l’histoire, celle où la Belgique a été victime des terribles attentats terroristes commis à Zaventem et à Maelbeek. Pour l’AFCN aussi, ce mardi 22 mars 2016 fut une journée mouvementée et chargée en émotions. Par chance, nos collaborateurs furent tous épargnés. Ce fut touchant de voir comment les collègues se sont entraidés à cette occasion.

Malheureusement, ces attentats n’étaient pas totalement inattendus. Depuis quelque temps déjà, la menace avait été relevée au niveau 3 pour l’ensemble du pays, le secteur nucléaire avait également pris les devants. En effet, quelques jours avant ces attaques, des militaires avaient été déployés sur les principaux sites nucléaires belges en attendant l’opérationnalisation du corps de surveillance et de protection spécialisé de la police fédérale. Les mesures de sécurité avaient également été renforcées dans le cadre d’un climat de menace permanente.

Outre la sécurité nucléaire, l’AFCN s’est penchée en 2016 sur de nombreux autres dossiers importants dans des domaines très variés.

La culture de la sûreté à la centrale nucléaire de Tihange a constitué l’un des dossiers qui a largement retenu l’attention des médias . Pour rappel, dès 2015, nous avions dressé un procès-verbal à l’encontre d’ENGIE Electrabel après avoir constaté diverses infractions concernant l’exploitation de la centrale. De nouveaux incidents susceptibles d’impacter la sûreté se sont de nouveau produits durant l’été 2016. En conséquence, nous avons dressé un nouveau procès-verbal tout en imposant un plan d’action. En août 2016, les inspecteurs de l’AFCN ont de nouveau observé des manquements dans la mise en œuvre des plans d’action ainsi que des problèmes structurels au niveau de la culture de sûreté. L’AFCN a alors adressé un courrier au conseil d’administration d’ENGIE Electrabel pour lui faire part de l’absence de proactivité et des divers manquements constatés. Que ce soit clair, il n’y a jamais eu de danger réel, mais nous appliquons les normes les plus strictes en matière de sûreté nucléaire. ENGIE Electrabel nous a fait savoir qu’elle prenait acte de ce problème. Cette déclaration a finalement été suivie d’interventions structurelles. Des mesures cruciales doivent encore être prises, l’AFCN suit la situation de près.

Grâce au professionnalisme et aux compétences de ses collaborateurs, l’AFCN a à nouveau pu mener à bien son rôle d’autorité sûreté.

En 2016, l’AFCN est également intervenue énergiquement dans d’autres installations nucléaires. Elle a notamment ordonné l’arrêt des activités de NTP Europe à Fleurus, une entreprise qui produisait des sources radioactives industrielles. Nous avons en effet constaté que NTP Europe ne respectait pas diverses prescriptions de sûreté et que, dès lors, la sûreté nucléaire et la radioprotection ne pouvaient plus être garanties. Nous avons également suivi attentivement les opérations de démantèlement sur les sites nucléaires d’Eckert & Ziegler Bebig (EZB) à Seneffe et de la SA Franco-Belge de Fabrication de Combustible (FBFC) International à Dessel. Sur ce dernier site, la libération des matières radioactives a été temporairement arrêtée après avoir constaté, lors d’une inspection inopinée en janvier 2016, un manque de connaissance des procédures pour les mesures de libération.

Comme chaque année, nous avons accordé, en 2016, une attention soutenue à la concertation tant au niveau national qu’international. Nous avons organisé différentes tables rondes, workshops et rencontres dans l’optique d’échanger renseignements et expériences. L’AFCN a également invité toutes les autorités de sûreté nucléaire à une réunion d’information internationale sur le dossier des cuves de Doel 3 et Tihange 2. Une cinquantaine d’experts en provenance de quinze pays ont pris part à ces 2 jours de workshop. En outre, la première rencontre bilatérale entre les autorités belge et allemande de sûreté nucléaire s’est tenue au début de 2016. En fin d’année, cette coopération s’est concrétisée par la signature d’un accord.

L’AFCN a signé en 2016 un autre accord de coopération important : l’accord visant à réduire la dose de rayonnement reçue par la population. Par ailleurs, le projet d’arrêté royal portant le régime d’autorisation des établissements de stockage définitif des déchets radioactifs a été approuvé. Enfin, le projet de nouvelle réglementation de transport des marchandises dangereuses de classe 7 a été soumis au ministre de l’Intérieur. Au terme de 3,5 années de travail, cette étape clôture une phase importante du prestigieux projet du service Importation et transport. Cette réglementation a été concoctée en étroite concertation avec les parties prenantes, lesquelles ont été impliquées dès le démarrage du projet, notamment lors de séances de brainstorming.

Enfin, je tiens à m’attarder quelque peu sur la restructuration interne de l’AFCN. La direction souhaitait raccourcir les lignes de communication, en particulier pour les activités transversales et internationales. A mes yeux, il est essentiel que notre développement futur repose sur des relations interpersonnelles de qualité afin d’optimiser notre efficacité. Je remercie de nouveau toutes les personnes concernées pour leur collaboration et leur flexibilité.

Ce rapport annuel aborde une multitude d’activités qui s’articulent autour de la mission de l’AFCN, qui est de protéger la population, les travailleurs et l’environnement contre les dangers des rayonnements ionisants.

Je tiens dès lors à remercier l’ensemble des collaborateurs pour tout le travail réalisé en 2016. Grâce à leur professionnalisme et leurs compétences, l’AFCN a de nouveau pu mener à bien son rôle d’autorité de sûreté.

Bonne lecture !

JAN BENS
DIRECTEUR GÉNÉRAL

Envie d'en savoir plus?

Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire Rue Ravenstein 36, 1000 Bruxelles - Belgique T: +32 (0)2 289 21 11 - F: +32 (0)2 289 21 12

Envie d'en savoir plus?

Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire Rue Ravenstein 36, 1000 Bruxelles - Belgique T: +32 (0)2 289 21 11 - F: +32 (0)2 289 21 12

Copyright 2017

made with passion @comfi

Copyright 2017

made with passion @comfi